fbpx

[wpcrypto_list]

DE NOUVELLES REGLEMENTATIONS FRANÇAISES VONT APPROUVER LES PREMIÈRES ICO.

  • By Bastien Langlais
  • 18 juillet 2019
  • 0 Comment
  • 667 Views

La France devrait atteindre une position de précurseur avec ces nouvelles réglementations pour le secteurs des cryptomonnaies. D’ici peu, les première ICO devrait-être lancer dans le pays, c’est une opportunité financière non négligeable.

La France qui avait plus tôt adopté une position de « wait & see » à la remise du rapport parlementaire sur les actifs numériques de Janvier 2019. Suite à l’adoption en avril de la loi PACTE, la situation évolue.  Elle apporte des lois plus claires et revoient la position de la France sur le sujet.

L’ombre du projet Libra, la gouvernance du sommet des sept plus grosses puissances mondial et sa réunion de travail autour des cryptomonnaies y seraient pour quelque chose ? Aujourd’hui, Anne Marechal, directrice générale des affaires juridiques l’AMF (l’autorité des marchés financiers), a décrit la France comme un pays précurseur sur le domaine. Car, dans le monde actuel les pays avec une forte activité ne se soucient pas du secteur des actifs numériques et se contentent d’y appliquer des règles déjà établies. Ce qui crée une grosse inégalité sur les positions adoptées face aux cryptos. Des petits pays comme Malte ou Biélorussie, ont su s’adapter pour créent de la valeurs sur leur territoire.

La France, terrain d’expérimentation

Ainsi, la France devient une scène d’expérimentation pour le reste du monde l’attention devrait se tourner vers nous. Créer un environnement serein pour les entrepreneurs et sociétés du secteur est une belles opportunités pour les acteurs Français. Frederic Montagnon va saisir cette chance. Il est le cofondateur de LGO, une plate-forme de crypto-monnaie basée à New York qui a choisi d’héberger son ICO en France.

« Lorsque vous êtes un entrepreneur, le pire qui puisse vous arriver est de créer votre entreprise à où il n’y a pas de réglementation, de voir un cadre réglementaire défavorable imposé plus tard qui met en péril toute votre entreprise. », Frederic Montagnon, cofondateur de LGO, une plate-forme de crypto-monnaie basée à New York qui a choisi d’héberger son ICO en France

Il fait partie de la poignée de structures qui échangent avec l’administration financière. Ces échanges on aboutirent sur des normes simples, il y a trois points importants, une capitalisation solide (en fond propre), la protection des consommateurs et une fiscalité loyale. Tant qu’ils respecterons le cadre et payerons leurs impôts en France, le rêve bleu se poursuivra.

On parle ici, des projet de ICO des entreprises. Par contre, on sait égelement que le chiffre d’ICO est en constante baisse depuis l’exposition de la bulle 2017-2018. Alors, les sociétés se tournent vers des intermédiaire que les plateforme de trading de monnaies numériques. C’est quoi, l’institution financière française serait également en plein dialogue avec ces plateformes.

Source 1, 2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *